• De Rennes à Rome, un week-end mouvementé pour les 60 ans de l’Europe

     • Publié le 29 mars 2017 • Rubrique(s) Actualités de l'Union europénne, Actualités de la Maison de l'Europe, Les temps forts, Tout sur l'Europe

    Ce 25 mars, notre Union communautaire a été au centre des discussions partout en Europe mais surtout en Italie, où les chefs d’Etat ou de gouvernement des vingt-sept Etats membres se sont réunis dans la ville qui a vu naître l’Europe, il y a 60 ans de cela, pour y signer le renouvellement du « Pacte de Rome ».

    « Agir de concert, si nécessaire à des rythmes différents »

    Tel est le point clé de la déclaration commune signée par l’ensemble des chefs d’Etat samedi après-midi. L’Europe à « plusieurs vitesses » régulièrement évoquée ces derniers temps, est en effet un point sensible dans les discussions entre dirigeants européens actuels, particulièrement avec la Pologne et d’autres pays d’Europe centrale et Orientale, qui craignent d’être les laissés pour compte de l’Europe. En préambule de la signature, les dirigeants se sont donc réunis pour se mettre d’accord sur cette fameuse déclaration commune, dont les angles ont été arrondis : « agir de concert, si nécessaire à des rythmes différents et avec une intensité différente, tout en avançant dans la même direction ». 

    Au-delà de cette phrase, la déclaration comporte plusieurs grands objectifs :

    - Une Europe sûre et sécurisée (renforcement des frontières extérieures, politique migratoire efficace et responsable)

    - Une Europe prospère et soucieuse du développement durable (marché unique solide et connecté, croissance soutenue et durable, énergie sûre et financièrement abordable, un environnement propre et sûr) 

    - Une Europe sociale (prise en compte de la diversité des systèmes nationaux, égalité des sexes et des chances, lutte contre le chômage, l’exclusion sociale et la pauvreté, éducation et formation des jeunes, préservation du patrimoine culturel)

    - Une Europe plus forte sur la scène mondiale (développement des partenariats, contribution à la stabilité de son voisinage immédiat mais également du reste du monde, industrie de la défense plus compétitive, renforcement de la défense commune en coopération avec l’OTAN).

    Avec le traité de Rome en 1957, six États ont lancé la construction européenne. Soixante ans plus tard, des Européens se mobilisent pour la défendre (ici en Allemagne le week-end dernier).

    Ouest-France. AFP

    Des manifestations aux quatre coins de la ville…et de l’Europe

    Dans le même temps, différents cortèges de manifestants ont défilé à Rome, chacun pour des revendications différentes. Pro-européens, partisans d’une Europe « libérée des murs, de l’austérité et du racisme » ou encore anti-européens ont défilé à tour de rôle dans la capitale italienne, lui donnant une allure de ville assiégée.

    Ailleurs en Europe, d’autres rassemblements pro-européens ont eu lieu en ce 25 mars, de Berlin à Bruxelles en passant par la Pologne. Tous ont voulu réaffirmer leur attachement à l’Union européenne, y compris un important cortège à Londres, alors que Theresa May, la Première ministre britannique a signé cette semaine la lettre de notification du Brexit, déclenchant formellement la procédure de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

    Un événement à Rennes : « L’Europe en 2077″

    Organisée par des étudiants de Sciences Po , accompagnés par la Région Bretagne et la Maison de l’Europe de Rennes et Haute Bretagne, une après-midi de réflexion se déroulait à l’Hôtel de Courcy, antre du conseil régional. 

    L’après-midi a commencé par une table ronde autour de Bernard Poignant (député européen de 1999 à 2009 et ancien maire de Quimper), Patrick Faucheur (conseiller au secrétariat général des affaires européennes auprès du Premier ministre), Marie-Pierre Vedrenne (directrice de la Maison de l’Europe de Rennes et Haute Bretagne) ou encore Anne Patault, vice-présidente du conseil régional chargée de l’égalité et de l’innovation sociale. Ouest-France est revenu sur ces discussions.

    Ensuite, différentes animations étaient proposées (exposition sur la construction européenne, ateliers participatifs, photo-montage sur les villes européennes du futur, diffusion de micro-trottoirs, rétrospective à travers les plus grandes « Unes » d’Ouest-France…).

    Les étudiants ont échangé avec Marie-Pierre Vedrenne, Patrick Faucheur (conseiller au secrétariat général aux affaires européennes), Bernard Poignant et Anne Patault.

    Ouest-France

    Sur le même sujet :

    Le dossier spécial 60 ans du traité de Rome de Ouest -France

    60 ans, 60 belles histoires d’Europe par Toute l’Europe

    About