• Tusk réélu Président du Conseil européen lors d’un sommet où s’est discuté l’avenir de l’Europe

     • Publié le 10 mars 2017 • Rubrique(s) Actualités de l'Union europénne, Tout sur l'Europe

    Le polonais fera donc un quinquennat à la tête du Conseil européen, organe fixant les priorités politiques, les impulsions à donner pour l’Union européenne. Il a été réélu, le jeudi 9 mars, par les chefs d’Etat ou de gouvernement des Etats membres réunis en Conseil, pour deux ans et demi, à 27 voix pour et une contre, celle de son pays, la Pologne.

    donald-tusk-n-aura-aucun-soutien-de-varsovie-pour-le-conseil-europeen

    Le Conseil Européen, en réunion les 9 et 10 mars, a voté pour réélire l’ex-Premier Ministre polonais, qui poursuit donc sa mission de coordination des sommets réunissant les chefs d’Etat. Évoquant l’avenir de l’Europe peu après son élection, il a déclaré vouloir faire « de son mieux pour rendre l’Union européenne meilleure », alors que des propositions de réformes des institutions européennes émanent ci et là en Europe ces derniers temps.

    La Pologne en désaccord

    La Pologne s’opposait à cette nomination, accusant Tusk d’avoir abusé de ses fonctions en ayant « brutalement violé » la règle de « neutralité politique » sur les termes de la Première Ministre Beata Szydlo, faisant écho aux mises en garde faites par le Président du Conseil au gouvernement polonais quant à la nécessité de préserver l’Etat de droit dans leur pays pour se conformer aux valeurs européennes. A ce sujet, Donald Tusk affirme être « impartial et politiquement neutre ».

    Ce qui s’est dit le 9 mars, en outre :

    Situation économique

    Afin que la reprise économique constatée sur les dernières années s’inscrive dans la durée, les dirigeants ont appelé à mener des réformes structurelles, à renforcer les finances publiques et à favoriser les investissements, notamment par l’extension rapide du Fonds européen pour les investissements stratégiques.

    Politique commerciale

    Les dirigeants se sont félicités que le Parlement européen ait voté en faveur de l’accord économique et commercial global UE-Canada (AECG ou CETA) et se sont réjouis à la perspective de son application provisoire imminente. De plus, ils ont confirmé que l’UE fera avancer avec détermination les négociations menées actuellement en vue de la conclusion d’autres accords de libre-échange (MERCOSUR, Mexique, Japon…).
    Il a été demandé d’adopter rapidement les propositions législatives qui doteraient l’UE d’outils compatibles avec l’OMC pour lutter contre les pratiques commerciales déloyales et les distorsions du marché.

    Gestion des migrations

    Les chefs d’État ou de gouvernement ont déclaré qu’ils soutenaient les actions entreprises par certains États membres pour soutenir les autorités libyennes ainsi que leurs voisins du Sud et d’Afrique du Nord. Ils ont invités les ministres se réunissant lors du Conseil de l’UE à examiner un plan d’action renouvelé en matière de retour. Un consensus doit être trouvé rapidement concernant la réforme de la politique de l’Union européenne en matière d’asile.

    Balkans occidentaux

    Concernant la situation dans les Balkans occidentaux où « des influences venant de l’extérieur ont déstabilisé la situation dans un certain nombre de pays » a rappelé le Président du Conseil, les dirigeants ont insisté sur l’importance que revêtent la poursuite du processus de réforme, de bonnes relations de voisinage et les initiatives de coopération régionale inclusive. « Nous avons fait savoir aux pays de la région que nous étions pleinement résolus à soutenir des réformes et des projets axés sur l’UE. J’espère que ce signal positif de l’UE sera entendu dans la région. » a déclaré Donald Tusk.

    Un dernier jour de sommet sur l’avenir de l’UE et son unité après le Brexit

    Le vendredi 10 mars, l’avenir de l’UE était au cœur des débats, y compris l’idée d’une Europe à plusieurs vitesses.  »Certains s’attendent à des changements systémiques qui distendraient les liens au sein de l’UE et renforceraient le rôle des nations par rapport à la communauté. D’autres, au contraire, sont à la recherche de formes d’intégration nouvelles et approfondies », a indiqué le président Tusk pour résumer les discussions menées.

    Lors de la conférence de presse suivant les discussions du 10 mars, le Président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, interrogé notamment sur la signification concrète d’une Europe à plusieurs vitesses s’est fendu d’un laconique « Les Européens convaincus qui restent assis vont moins loin que les populistes qui courent », faisant écho au proverbe prononcé quelques minutes plus tôt par Donald Tusk pour illustrer les débats de la journée sur l’avenir de l’Europe : « Si vous voulez aller vite, partez seul. Si vous voulez aller loin, partez à plusieurs. »
    On laisse à chacun le soin de se faire son propre avis sur la portée de ses déclarations…

    About