• ERASMUS : Cela n’est pas qu’une année dans ta vie, mais une vie dans une année.

     • Publié le 15 décembre 2014 • Rubrique(s) Actualités de la Maison de l'Europe, L'Europe près de chez vous

    Cette phrase est bien connue parmi les Erasmus. Pensez-vous que c’est exagéré et qu’on ne peut pas comparer un séjour dans un autre pays, sans sa famille, ses proches et ses amis avec sa vie quotidienne, à sa « vrai » vie ? Laissez-moi vous faire partager mon expérience en espérant de vous donner envie ou le courage de partir à l’étranger.

    Il y a deux ans, moi, étudiante allemande, suis partie pour une grande aventure : 12 mois en France ou plus précisément 12 mois à Rennes, en Bretagne. Avant mon départ, j’avais des doutes, j’avais peur et je me suis même demandé si c’était une bonne idée d’aller vivre dans un pays où je ne connaissais personne et dont je ne parlais pas suffisamment la langue. Un an loin de tout ce que je connaissais.

    Arrivée à l’aéroport de Paris. J’entendais partout du français, je ne comprenais rien, je me sentais bizarre. Et je devais vivre ici pendant un an ? Arrivée à Rennes. Je suis sortie de la gare et voilà, j’étais là. J’étais dans la ville où je devais passer les 12 prochains mois. Pour être honnête, je ne me sentais pas bien, je me suis sentie seule. Pourtant, je peux vous dire que ça a commencé à changer rapidement.

    Arrivée dans mon appartement. J’ai fait la connaissance de mes colocataires, deux françaises de bonne humeur qui m’attendaient déjà. Bien sûr, il y avait des difficultés de compréhension, mais on s’entendait bien et je me sentais très vite à l’aise avec elles. Le soir, je suis sortie. La première fête Erasmus n’a pas tardée à arriver. Ce soir-là, j’ai fait la connaissance d’énormément de personnes. C’était un moment incroyable. Personne ne connaissait personne. On a tous pensé dans notre langue maternelle mais on devait parler dans une langue en commun. Je ne me suis jamais autant présentée et j’avais l’impression que cette première soirée, qui s’est passée dans la Rue Saint Michel à Rennes, était à un tour du monde. C’était définitivement une des soirées les plus excitantes de ma vie.

    Les premières semaines. Ca a continué. Chaque jour, j’ai pu rencontrer de nouvelles personnes. Et, il faut dire que Rennes était le bon choix ! C’est une ville tellement vivante et qui bouge, remplie de gens ouverts. Il y a pleins d’étudiants, de jeunes et de possibilités de sortir faire la fête.

    Après le premier mois. Assez souvent, j’ai pu remarquer que le temps est passé très vite, et après quelques semaines de connaissances et de sorties, je me sentais différente. J’avais des bons amis, j’ai commencé à mieux comprendre la langue et à parler… tout avait changé. Je ne me suis plus sentie seule. Et ben… trois mois après je me sentais tellement à l’aise qu’à ce moment-là, j’étais comme chez moi.

    Les mois qui suivent sont passés super vite. J’avais de bons amis, vécu beaucoup de choses, visiter la Bretagne et un peu la France entre autre, et, j’ai eu peur de repartir de Rennes. Oui, j’avais peur, peur que tout change.

    Je me suis retrouvée dans une situation comparable à celle 12 mois auparavant. J’ai eu des doutes : Devais-je retourner en Allemagne ? J’avais peur de me retrouver dans mon ancienne vie, où rien n’avait changé, alors que moi, j’ai complètement différente… J’avais une décision à prendre qui a été très dure. Cependant, c’était sûr, sur que je voulais rester vivre et continuer mes études à Rennes. C’était parti pour la deuxième année. C’était la bonne décision. J’ai passé une autre année aussi enrichissante et inoubliable que la première en France.

     Je suis rentrée en Allemagne il y a deux mois et je peux vous assurer que je pense souvent à cette période. J’aimerais revenir et j’espère pouvoir le faire un jour, parce que Rennes est devenue ma deuxième maison. Et, plus on est éloigné de chez soi, plus on a envie d’y retourner, non ?

    About