• Europe & Défense : mission impossible ?

     • Publié le 20 mai 2018 • Rubrique(s) Actualités de la Maison de l'Europe, MDE

    Ce mois-ci débute notre cycle de conférences 2018 autour des 5 documents de réflexion sur l’avenir de l’Europe proposés l’année dernière par la Commission européenne.

    C’est vendredi 1er juin, avec « L’Europe de la défense : une ambition, une exigence » que nous ouvrons ce cycle de 5 débats. Suivront la mondialisation le 14 juin avec Michel Camdessus, l’avenir des finances, la dimension sociale de l’Europe et enfin l’Union économique et monétaire.

    Défense_170518

    A priori de notre conférence du 1er juin, rétrospective et état des lieux d’une défense européenne.

    La Communauté européenne de défense (CED) : C’est quoi ?

    Concernant la défense, avant même la déclaration Schuman du 9 mai 1950, une première organisation européenne voit le jour : l’Union occidentale. Elle est créée en 1948 par le biais du Traité de Bruxelles et réunit la Belgique, le Luxembourg, la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. À la base c’est un traité de coopération aux buts économiques, sociaux et culturels et inclut légitimement un volet de défense (assistance militaire en cas d’agression des cinq membres).

    Le projet de Traité sur la Communauté européenne de défense est signé le 27 mai 1952 par les six mêmes pays signataires de la CECA et de sa déclaration du 9 mai 1950 (la France, la RFA, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg). Elle comprend : des institutions supranationales, des forces armées communes et un budget commun. Elles sont placées sous le commandement suprême de l’OTAN.

    En France, les députés redoutent un réarmement allemand et on craint de voir arriver la RFA dans l’OTAN. Le 30 août 1954 coup de théâtre, alors que les autres états ont ratifié le traité, une majorité de députés français retirent leur confiance au gouvernement Mendès-France et par condition sine qua non, se retirent de la Communauté européenne de défense.

    À lire sur le Monde : « Comment fut rejeté en 1954 le projet d’une Communauté européenne de défense »

    Où en-est la défense européenne après l’échec de la Communauté européenne de défense ?

    Après cet échec et la transformation de l’Union occidentale en Union de l’Europe occidentale, le traité de Rome, n’évoque pas le domaine de la défense afin de ne pas revivre le mauvais rêve de 1954. À l’aube des années 90 la fin de la guerre froide se profile et en 1992, l’Union de l’Europe occidentale change de rôle et va fixer ce que l’on va appeler « Les Missions de Petersberg ». En clair il s’agit de missions humanitaires ou d’évacuation de ressortissants, de prévention des conflits ou encore d’actions conjointes en matière de désarmement.

    Le traité de Maastricht, alors entré en vigueur le 1er novembre 1993, instaure la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC). Ses objectifs ? Consolider l’état de droit, la démocratie, les droits de l’homme ou encore préserver la paix prévenir les conflits. À la suite de la ratification en 2001 du Traité de Nice, et par conséquent de son entrée en vigueur en 2003, viendra au monde la Politique de sécurité et de défense commune qui fait entièrement partie intégrante de la Politique étrangère et de sécurité commune. Ses objectifs sont définis à l’article 42 du Traité sur l’Union européenne. « L’UE peut avoir recours à des moyens civils et militaires en dehors de l’Union afin d’assurer le maintien de la paix, la prévention des conflits et le renforcement de la sécurité nationale ».

    Quelques exemples d’une utilisation de l’Europe de la défense :

    -          L’Opération Concordia au début des années 2000

    -          Les attentats du 13 novembre 2015 en France

    Une défense multiple : le retour de bâton de 1954

    L’échec de la communauté européenne de défense, revient, comme cité susdit dans le titre, tel un retour de bâton. La pluralité des armées, engendre évidemment la pluralité des équipements. Quand l’armée étatsunienne n’a qu’un seul modèle de char, l’Union européenne en a quant à elle 17. Quand l’Union européenne à 29 sortes de frégates, l’armée américaine dispose de 4 variétés. Enfin, les budgets sont loin d’être les mêmes, les américains consacrent en effet plus de 600 milliards de dollars à la défense, tandis que l’Union européenne « seulement » 227 milliards d’eurosIl est cependant important de noter la présence conséquente de l’armée américaine dans le monde entier. L’armée française déploie quant à elle 20 000 soldats à l’étranger.

    La défense dans le monde : quelle part pour l’Union européenne ?

    C'est la question qui se pose actuellement et surtout dans le contexte actuel, où les tensions inter-étatiques ne cessent de faire des fluctuations. La montée et la descente. La dernière preuve en date ? Le 2 mai dernier lors de l'annonce par Jean-Claude Juncker du prochain cadre financier pluri-annuel pour l'horizon 2021-2027, avec une hausse conséquente du budget de la défense.

    Pour tout savoir sur l'Europe de la défense après cet avant-goût, rendez-vous le 1er juin à Saint-Malo en compagnie de Jean-François Parlenti, Général de corps d'armée, Officier général de la zone de défense et de sécurité Ouest, de Marie-Noëlle Sclafer, directrice de la DGA Maîtrise de l'Information de Bruz et de Jean-Dominique Giuliani, conseiller spécial à la Commission européenne entre 2008 et 2010 et président de la fondation Robert Schuman.

    Enfin retrouvez ici le document de réflexion sur l’avenir de la défense européenne, ou alors en venant directement à la Maison de l’Europe de Rennes ! Les horaires et plan d’accès sont affichés en bas de site.

     

    About