• 8 Conseils pour préparer vos vacances en Europe

     • Publié le 19 juillet 2019 • Rubrique(s) Actualités de l'Union europénne

    Les vacances approchent mais vous ne savez pas quels préparatifs vous attendent avant votre départ? Carte européenne d’assurance maladie, 112, forfait, consulat… on vous dit tout pour passer des congés en Europe en toute sérénité !

    1. Vérifiez la validité de vos papiers d’identité

    Vous pouvez voyager sans avoir de contrôle à la frontière dans tout l’espace Schengen. Cependant, il est toujours recommandé de garder vos papiers d’identité avec vous, car des contrôles aléatoires peuvent être effectués. Une pièce d’identité reste obligatoire pour les six États de l’UE non membres de l’Espace Schengen (Bulgarie, Chypre, Irlande, Roumanie, Royaume-Uni et Croatie).

    Par ailleurs, tous les pays européens ne reconnaissent pas la réforme sur la durée de validité des cartes d’identité. En effet, les cartes d’identité délivrées entre 2004 et 2013 sont valables 5 ans de plus mais l’ancienne date d’expiration est toujours inscrite sur la carte. Ainsi, quelques pays ont affirmé accepter ces cartes d’identité (voir site du ministère de l’Intérieur). D’autres pays les refusent occasionnellement voire systématiquement (Lituanie, Norvège et Belgique). Cela peut vous poser problème, surtout si vous prenez l’avion. Plusieurs solutions s’offrent à vous: privilégier un passeport valide, anticiper le renouvellement de la carte en justifiant d’un voyage ou télécharger sur le site du ministère de l’Intérieur une fiche disponible en plusieurs langues prouvant que la durée de validité a bien été prolongée.

    2. Demandez votre carte européenne d’assurance maladie

    Grâce à la carte européenne d’assurance maladie (CEAM), vous pouvez accéder plus facilement aux soins médicaux lors de séjours temporaires dans l’UE, en Norvège, en Islande, en Suisse ou au Liechtenstein. La CEAM est délivrée gratuitement par votre organisme d’assurance maladie. Elle est individuelle, nominative et valable 2 ans à partir de sa date d’édition. Il faut la demander au moins 20 jours avant votre départ, mais en cas d’urgence ou de demande tardive, un certificat provisoire peut être délivré. Elle permet d’accéder aux prestations médicales dans les mêmes conditions et tarifs que pour les assurés du pays de séjour. Si la prestation est payante, il faudra demander le remboursement a posteriori soit sur place soit en France.

    Attention ! Seuls les soins imprévus et médicalement nécessaires sont couverts. Les systèmes de santé varient d’un pays à l’autre alors renseignez-vous sur les spécificités du pays qui vous accueille!

    3. Rappelez-vous du 112

    L’Union européenne rend accessible un numéro unique pour contacter les services d’urgence partout en Europe, même hors UE. Le 112 est accessible gratuitement 24h sur 24. Votre interlocuteur vous répondra en anglais dans tous les pays de l’UE voire en français dans 17 d’entre eux. Suivant le pays, le 112 est utilisé soit comme principal numéro d’appel d’urgence national soit comme numéro complémentaire permettant de joindre les différents services d’urgence.

    Un autre numéro d’appel d’urgence européen existe pour les enfants disparus: le 116 000. Il est également gratuit et disponible 24h sur 24. Le service téléphonique est disponible en anglais et en français dans 31 pays d’Europe.

    4. Consultez vos droits et devoirs en tant que passager

    L’Union européenne vous protège en cas de problème de transports. Si votre vol ou votre train est en retard ou annulé, vous pouvez avoir le droit à une indemnisation voire à un remboursement complet. La compagnie a le devoir de vous informer sur la procédure à suivre pour l’obtenir. Les personnes à mobilité réduite ont, quant à elles, accès à une assistance gratuite dans tous les aéroports et gares de l’UE.

    Concernant vos bagages, il est important de vérifier la réglementation sur ce que vous pouvez transporter. En effet, il existe une limite européenne sur le transport d’alcool et de tabac destinés à usage personnel. De même, certains produits d’origine animale ou végétale peuvent faire l’objet d’une protection et être saisis.

    5. Soyez particulièrement prudents sur la route

    Avec 28 codes de la route différents, il peut être compliqué de conduire dans l’UE. Quelques règles d’harmonisation existent cependant. Pour votre permis de conduire, il est valide partout en Europe tant que sa date d’expiration n’est pas atteinte. Attention, les certificats provisoires et les récépissés de déclaration de perte ou de vol du permis ne sont pas reconnus à l’étranger. N’oubliez pas de vous munir de votre certificat d’immatriculation et d’un constat européen en cas d’accident.

    Quant aux règles de circulation, vous êtes passible des mêmes sanctions que celles qui peuvent être prononcées à l’encontre des ressortissants du pays concerné. Pensez à vérifier les limites de vitesse et du taux d’alcoolémie. L’allumage permanent des feux de croisement est obligatoire dans de nombreux pays, notamment en Europe du Nord et de l’Est. De même, certains équipements de sécurité sont exigés à l’étranger: par exemple, il faut une une trousse de secours en Allemagne.

    6. Ne changez pas de forfait téléphonique

    Depuis 2017, tous les frais d’itinérance (aussi appelés roaming) ont été supprimés dans toute l’Union européenne. L’itinérance consiste à utiliser un autre opérateur que le vôtre lorsque vous utilisez votre téléphone depuis l’étranger. Ainsi, vous paierez autant pour la consommation de votre forfait mobile dans l’Union européenne que en France.

    Attention: vous n’êtes en itinérance que lorsque vous utilisez votre forfait en dehors de France. Pour les appels de la France vers l’étranger, vous payez toujours des frais en fonction de votre forfait.

    7. Obtenez un passeport européen pour votre animal de compagnie

    Les chiens, chats et furets se doivent de voyager avec un passeport européen pour animaux de compagnie. Celui-ci s’obtient auprès de votre vétérinaire, qui s’assurera que votre animal est bien vacciné contre la rage. Par ailleurs, un tatouage ne suffit plus: votre animal doit porter un système d’identification électronique (transpondeur).

    Notez bien qu’il faut vérifier les législations nationales avant de partir. En effet, certains pays européens ont une réglementation plus stricte et demandent des traitements supplémentaires. De plus, il n’existe pas d’harmonisation sur les règles concernant les animaux autres que ceux précédemment cités.

    8. Bénéficiez d’une assistance consulaire

    Enfin, si vous rencontrez des difficultés sérieuses hors UE (passeport volé, accident, arrestation…), vous pouvez demander l’assistance consulaire de n’importe quel État membre de l’UE s’il n’y a aucune représentation de la France sur place.

    Nous vous conseillons de vous inscrire sur Ariane, un programme du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, afin de recevoir toutes les informations et consignes de sécurité liées au pays que vous visitez.

     

    Plus d’informations sur vos droits dans l’Union européenne sont disponibles sur l’Europe est à vous, Centre européen des consommateurs France et France diplomatie.

    About